Centre de ressources portail du développement rural

Quand la châtaigne façon « 21e siècle » dynamise un territoire

Résumé : 

Dans les Alpes-de-Haute-Provence, au bord du Verdon, la redynamisation de la production de châtaignes est en passe de créer une nouvelle activité de transformation de fruits et légumes.

Grâce aux synergies collectives, un territoire se développe économiquement autour de ce qui fait son identité depuis plusieurs siècles : le châtaignier. Balade dans le Massif des Grès d’Annot…
 

En 2018, la récolte de châtaignes du massif des Grès – 4,3 tonnes produites en 2016 - pourrait être transformée sur place, et non plus dans les Cévennes, comme c’est actuellement le cas. Alors que l’association Châtaignes des Grès y travaille depuis quatre ans, le permis de construire de l’atelier artisanal de transformation végétale de l’intercommunalité Terres de Lumière vient d’être déposé, pour un aboutissement des travaux espéré fin 2017.

Financé dans sa construction en partie par les fonds publics (dont les crédits LEADER pour les études préalables), l’atelier sera loué par l’intercommunalité à l’association, laquelle y accueillera producteurs et maraîchers pour différents types de transformation : produits autour de la châtaigne, confitures, jus de fruit, etc. « Suivant le principe de la coopérative, l’objectif de cet atelier est de permettre aux producteurs de vivre de leurs produits », précise Nadine Jeannier, salariée de l’association Châtaignes des Grès.

Refaire vivre une activité ancienne, en la développant

Parmi les producteurs attendus, des anciens, propriétaires de châtaigneraies, désespérant de voir disparaître une production encore importante au 20e siècle. « Alors que le territoire était historiquement un important producteur de châtaignes vendues sur la Côte d’Azur et Marseille, cette activité s’est arrêtée dans les années 1970, les châtaignes fraîches impliquant un travail d’épluchage et de cuisson au feu de cheminée qui n’était plus en adéquation avec les nouveaux modes de consommation », relate Nadine Jeannier. Ayant réinvesti depuis une douzaine d’années les activités de taille et plantation de châtaigniers, puis de ramassage des fruits, les producteurs ont décidé de valoriser leur récolte en transformant leurs châtaignes dans un atelier cévenol, faute de matériel et de locaux adéquats sur place.


« Parce qu’il a conduit producteurs, collectivités territoriales, association, professionnels et habitants à travailler ensemble, ce projet d’atelier de transformation a fait émerger une bonne dynamique dans les cinq villages concernés », se réjouit Nadine Jeannier. Forte de ces synergies, d’une production de châtaignes en hausse (de 3,8 tonnes en 2015 à 4,3 tonnes en 2016) et de l’ouverture de l’atelier (de 100 m²), l’association Châtaignes des Grès envisage d’autres projets : l'établissement de conventions de ramassage pour introduire davantage de jeunes dans l’activité, la rénovation des vergers et la valorisation de variétés de fruits délaissées. A suivre.

......................................................................

Légende : Les 13 500 pots produits en 2016 dans le massif des Grès d’Annot grâce à l’association Châtaignes des Grès sont vendus dans toute la région (marchés, épicerie, maisons de produits locaux, etc.).